Les enjeux des projets

Les projets de LGV du Sud-ouest français : Une segmentation par tronçons, pour une logique de réseau global

Les différents projets de lignes à grande vitesse du Sud-Ouest français recouvrent des enjeux locaux (urbains et régionaux), nationaux et internationaux. En effet, ces projets ont pour finalité « d’assurer la continuité du réseau » entre le Sud et le Nord de l’Europe, entre l’Espagne et la France, et de désenclaver le Sud-ouest français qui reste pour le moment encore, dépourvu de lignes ferroviaires à grande vitesse.

A ce titre, il est prévu la réalisation de plusieurs lignes qui, si elles s’inscrivent dans une logique commune de développement et de densification du réseau ferroviaire à grande vitesse, s’insèrent toutefois au sein de projets segmentés et ne bénéficient pas toutes des mêmes volontés d’aménagement. Chaque tronçon sera mis en service plus ou moins rapidement en fonction de son avancement.

Les tronçons structurant ce réseau ferroviaire à grande vitesse du Sud-Ouest français sont les suivants :

  • Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne. Ce "Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest" (GPSO) fait partie du projet global "Sud Europe Atlantique"  (LGV SEA) défini, depuis la déclaration d'intention du 25 janvier 2007, comme un ensemble cohérent composé de trois branches : Tours-Bordeaux, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, auquel a été ajoutée la branche Poitiers-Limoges. Les deux branches du GPSO ont des horizons de mise en service différents : 2024 pour Bordeaux-Toulouse, 2027 pour Bordeaux-Espagne. Mais seule Bordeaux-Toulouse a été considérée prioritaire par l'Etat français en 2013.
  • Montpellier-Perpignan. La ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP) appartient, elle, au corridor méditerranéen considéré comme prioritaire par l'Union Européenne qui apporte des financements conséquents sur les études. Pour l''Etat français il s'agit d'un projet à très long terme à réaliser au delà de 2030. Avec la fusion des régions, ce projet revêt pourtant une dimension nouvelle : rapprocher les deux métropoles régionales Montpellier et Toulouse. En partie mixte (voyageurs-marchandises) , ce projet porte également un enjeu de report modal route/rail très important, sur un corridor où circulent chaque jour 10 000 Poids Lourds.
  • Toulouse-Narbonne. Dernier maillon de l'axe Atlantique-Méditerranée la liaison Toulouse-Narbonne (LTN) a été quasiment abandonnée après les études préalables au débat public prévu en 2013 mais qui ne s'est pas tenu. L'Etat français considère cette liaison comme un projet à très long terme à réaliser au delà de 2030.
  • L'axe Atlantique-Méditerranée devrait également être prolongé vers l’Est et l’Italie avec la construction à venir de la LGV PACA entre Marseille et Nice.